Translator
Catégories


Dates repaire

Histoire de la Musique Centrafricaine

en quelques dates

a_jimmy4

Le travail de recherche que je présente dans l’Anthologie de la Musique Centrafricaine est une histoire que j’ai vécue à Bangui. Dès ma prime jeunesse, j’ai rencontré et joué avec de nombreux artistes dont la plus part ne cesse de me parler de leurs parcours. Outre Jimmy Zakari et Prosper Mayélé que je rencontre régulièrement à leur époque chez mon oncle Marcel Vomitiendé, Rodolphe Békpa, Thierry Darlan Yézo, Francis Ferreira et Felix Bassinet ont beaucoup contribué à cette recherche.

1926 Naissance du musicien Centrafricain Jimmy Zakari à Brazzaville.

1927 Naissance du musicien et Professeur Centrafricain de musique Marcel Joachim Vomitiendé à Bangui.

1940 Jimmy Zakari âgé de 16 ans il devient guitariste de Paulo Kamba et anime des bals de la communauté Centrafricaine du Congo Brazzaville

1940 Jimmy Zakari fréquente le séminaire de Mbokoro au Congo Belge devenu depuis Congo Kinshasa.

1945 Jimmy Zakari finit ses études au séminaire, débarque à Kinshasa où il partage la scène musicale avec Wéndo Kolossoy, Bowané, Adou Elénga, Lucie Eyénga, Manuel d’Oliveira, Adou Elénga, Paul Muanga, Camille Ferruzi et Léon Boukassa.

1946 Lors des ses voyages entre Léopold Ville, maintenant Kinshasa et Brazzaville, il fait la connaissance d’un marin Grec à Pointe – Noire où celui-ci lui apprend la musique classique.

1947/1948 Monsieur Bénatard un commerçant de confession juive fonde les éditions Opika au Congo Belge avec pour artistes Jimmy Zakari et Paul Muanga.

1947/1948 Le commerçant Grec Jiriminidis créé à Kinshasa les éditions Ngoma au Congo Belge avec les artistes Wéndo, Bowané, Manuel d’Oliveira…

1948 Wéndo Kolosoy sort Marie Louise en 45 tours qui est tiré en 2 millions d’exemplaires. Le jeune chanteur Wéndo, Boxeur et Matélot de son état devient populaire et attire la sympathie du Roi Baudoin qu’il immortalise dans Viva Roi Baudoin. Le Roi des Belges flaté le surnomme Wendo Sor.Wéndo Kolossoy se produit régulièrement à Bangui et devient populaire.

1948 Un jeune chanteur dénommé Joseph Kabassélé en quête de producteur vient frapper à la porte des éditions Bénatard. Monsieur Bénatard le trouve encore novice et demande à Jimmy de former le jeune homme. Ce qui est fait.

1948/1950 Jimmy révolutionne la Rumba Congolaise qui se joue avec une guitare et une percussion en une musique d’ensemble. Il forme un orchestre composé de deux guitares, d’une contrebasse, d’une timbale, d’une paire de congas et d’un saxophone. Il fait appel à un saxophoniste Belge qui devient le premier souffleur Congolais.

1949 Jimmy Zakari va chercher une choriste de Paulo Kamba à Brazzaville dénommée Lucie Eyénga dont la mère est Centrafricaine pour renforcer l’écurie Opika.

1949/1961 Monsieur Rigobert Bassinet, un musicien Antillais qui s’installe à Bangui forme de nombreux musiciens parmi lesquels Rodolphe Békpa et Prosper Mayélé.

1950 Jimmy Zakari forme le guitariste Congolais Franco Luambo Makiadi au style classique qui devient désormais son identité.

1950 Jimmy est le seul guitariste à jouer de la guitare hawaïenne. D’où son surnom de Jimmy de l’hawaïenne par les Congolais.

1950 Jimmy Zakari sensibilise les chanteurs et musiciens Congolais sur leurs droits d’auteur du fait de l’argent généré par la vente des disques produits et des passages de leurs œuvres sur des radios.

1950 Le chanteur guitariste Dominique Eboma débarque à Bangui de sa ville natale de Ouango Bangassou. Il s’engage en qualité d’Animateur au sein du parti MESAN (Mouvement de l’Evolution Sociale de l’Afrique Noire ) fondé par le Président Barthélémy Boganda.Dominique Eboma, chanteur de talent sillonne toute la République centrafricaine aux côtés de son leader pour relayer en musique la philosophie de celui-ci.

1953 (31 décembre) Paulo Kamba, Antoine Moundanda et Joseph Kabassélé inaugurent le dancing le Rex à Bangui. Joseph Kabassélé dépourvu de guitariste rythmique fait appel au jeune Prosper Mayélé qui remplace valablement ce dernier.

1950 Monsieur Dalmeida, un musicien d’origine Béninoise et Instituteur à Bangui forme à la guitare au style Afro Cubain et High Life en vogue de nombreux jeunes Centrafricains.

1954 Jimmy Zakari forme des jeunes musiciens parmi lesquels les célèbres guitaristes Docteur Nico, Deschaud et Tino Baroza. Il les emmène en tournée au Gabon à Libreville, Port Gentil et Lambaréné.

1952 Prosper Mayélé forme la première formation musicale Centrafricaine dénommée Tropical Jazz sous l’inpulsion de Rigobert Bassinet.

1956 Jimmy revient de sa tournée et se sépare de ses musiciens à Pointe-Noire où il demande à Nico, Deschaud et Tino Baroza de regagner Léopold Ville, devenu plus tard Kinshasa.

1957 Jimmy Zakari rentre à Bangui et rencontre son ami Marcel Vomitiendé où ils développent des actions musicales. Jimmy devient Dactylographe et correspondant de la Radio Brazzaville. Il forme de nombreux artistes dont Diable Kombas le compositeur de Damago et chef d’orchestre de Succès Flash.

1958 Le Président Barthélémy Boganda compose la Renaissance, l’hymne national de la République Centrafricaine et se fait accompagner au piano par le Professeur de Musique Marcel Joachim Vomitiendé, alors son Directeur de Canbinet.

1958 (1er décembre) Oubangui chari devient la République Centrafricaine et le Président Fondateur Barthélémy Boganda déclare l’Indépendance de son pays.

1958 (1er décembre) L’inauguration de la Radio Bangui comme pour marquer l’évènement de la République. Prosper Mayélé et Rodolphe Békpa chante Mo gbi au sein du Centrafrican Band qui est la première chanson Centrafricaine diffusée sur les ondes de la Radio Bangui.

1959 (29 mars) Le Président fondateur de la République Centrafricaine Barthélémy Boganda meurt tragiquement dans un accident d’avion sans participer à la proclamation de l’indépendance et apprécier la nouvelle fanfare Centrafricaine qui sera dirigée par le Professeur Marcel Vomitiendé dans l’exécution de la Renaissance.

1959 Le groupe Tropical Jazz devient Centrafrican Band pour marquer la fierté de la République Centrafricaine nouvellement déclarée par le Président Barthélémy Boganda.

1959/1960 L’artiste Jean Magalet chante Ga Djoni, une métaphore qui caricature le rapport colonisateur / Colonisé.

1960 Marcel Joachim Vomitiendé part au Conservatoire de Musique de Paris pour se perfectionner afin de revenir diriger la future Fanfare Nationale Centrafricaine pouvant jouer l’hymne national la Renaissance et ce conformément à la volonté du Président Barthélémy Boganda.

1960 (13 août) Proclamation de l’Indépendance de la RCA par le Président Dadid Dacko.

1961 Charlie Perrière fonde Rocka Fiesta avec Evis Evoko, Baron Backi, Gabriel Bozo dit Bozins et Sax Mandago.

1963 Retour du Professeur Marcel Joachim Vomitiendé au pays où il fonde la première Fanfare Nationale Centrafricaine.

1963 Prosper Mayélé et Rodolphe Békpa s’unissent et fondent Vibro Mayos qui ne dure malheureusement que 6 mois. Mariage ti Nzè oussè est un tube marqué par cette formation musicale.

1963 Prosper Mayélé fonde le Centrafrican Jazz.

1963 Malao Hennecy débute sa carrière de chanteur au sein du Centrafrican Jazz et compose Sassa Modé.

1963 Rodolphe Békpa créé le Vibro Succès.

1963 L’ancien chanteur de l’Ok Jazz Boy Banda débute au sein de Vibro Succès nouvellement fondé par Rodolphe Békpa.

1964 Rodolphe Békpa est le premier musicien qui introduit la batterie dans la Rumba Congolaise. D’aucuns pensent que c’est le Seigneur Rochereau qui introduit le premier la batterie dans la Rumba Congolaise.Le Seigneur Rochereau a bien utilisé la batterie dans la Rumba Congolaise lors de son passage à la salle mythique de l’Olympia à Paris, mais en 1970.

1965 (25 déc)Rocka Fiesta de Charlie Perrière devient Tropical Fiesta.

1965 Diable Kombas créé Succès Flash et entre dans la légende avec son tube fétiche Damago.

1965 Naissance de la formation les Anges Noirs avec pour chef d’orchestre Elie Lémotomo et son chanteur principal Déhous Timossa.  » To moléngué na l’école et I O A c’est le CP1 sont les tubes connus de ce groupe.

1965 Malao Hennecy part pour le Tchad où il évolue au sein du Chari Jazz.

1966 Le Président Mobutu arrive au Tchad et son pair François Tambalbaye lui confie la formation des musiciens du Chari Jazz. Malao Hennecy fait partie des artistes formés au Congo.

1966 Le Centrafricain Malao Hennecy évolue au sein d’Afrisa International de Rochereau jusqu’en 1972.

1966 Coup d’Etat du Général Jean – Bedel Bokassa. Vibro Succès chante Kamba ti courant ni a fa awè .

1966 Le Professeur Marcel Joachim Vomitiendé fonde la Fanfare de l’Armée Nationale.

1966 Le Professeur Marcel Joachim Vomitiendé et Prosper Mayélé représentent la République Centrafricaine au premier Festival Arts Nègre de Dakar initié par le Président Léopold Sédar Senghor.

1967 De retour du Festival Arts Négre de Dakar, le Professeur Marcel Joachim Vomitiendé et son compagnon Prosper Mayélé fondent l’Ecole Nationale des Arts de Bangui avec un département de Musique et d’Art Dramatique.

1967 Création d’orchestre Flash Vackeros à Boda par des artistes dont Fredo. Le groupe vient s’installer à Bangui la même année.

1967 Georges Ferreira et ses copains de M’baïki Banguichaud, José Ngoïta et Kalanda fondent Los Négritos qui devient plus tard Makémbé.

1968 Godefroy et Laurent deux chanteurs Camerounais fondent le groupe Super Elégance au sein duquel évoluent Papa Lex, Thierry Darlan Yézo, Alexis Opakoli dit Alexis Alex et Fily Zounamon. L’orchestre fait du Bar Trio au quartier Boy-Rabbe son Quartier Général.

1968 Le célèbre guitariste de Joseph Kabassélé Tino Baroza arrive à Bangui, enseigne la musique à la Fanfare de l’Armée et évolue par ailleurs avec des musiciens Centrafricains parmi lesquels Prosper Mayélé, Dalmeida…

1969 Jean Magalet créé le Ballet National Centrafricain.

1969 Domingo Salsero évolue au sein du groupe Congolais Trio Madjesi à Kinshasa.

1970 Fondation du groupe Vox Amical à Bambari par Docteur Cavacha, Féjos et Yakizos. La même année la formation s’installe à Bangui et fait du dancing Bar Centra Vox au quartier Fou son Q.G.

1970 L’orchestre Fiesta Bokassa de la JPN(Jeunesse Pionnière Nationale) devient le Super Commando Jazz avec Gabriel Bozo, Dominique Eboma et Rosi Marie Andjikoua comme leader.

1970 Fondation du groupe Eko 70 par Monsieur Ambroise Assombélé où le jeune guitariste Sok’s Sokambi, le bassiste Maya et le chanteur Ndoléngué Chantal font leurs débuts.

1970 Fondation du groupe Suza National par le chanteur Marie Marie transfuge de Flash Vackeros. Papa Lex ancien artiste de Super Elégance devient le guitariste soliste de cette formation.

1970 Daniel Yamblé dit Mimox et Massély Djogo fondent Vox National qui donne des prestations au Palais de la Renaissance.

1971 Louis Ngombo, un frère cadet de Prosper Mayélé fonde Dragon Jazz. Jhonny, Salvador Kouroudjo forment l’ossature de ce groupe.

1971 Félix Bassinet fonde Vibro Jazz avec Vava Jacques, Pierrot Cloupeau, Jazon, Papy Tex et Youlou.

1972 Prosper Mayélé est désigné meilleur guitariste Africain à N’djaména au Tchad.

1972 Bojojo, Lolo Julie, Chantal, Alexis Opakoli dit Alexis Alex transfuges de Vibro Succès montent Vox Négra après avoir fondé Louzolo des ABOLO(Alexis Alex, Bojojo et Lolo Julie). Ils sont rejoints au sein deVox Négra par Chantal Ndoléngué, Djogo Massély et Mangago.

1973 Fenin Tripax le guitariste de talent du groupe Succès Flash fonde Super Nzénzé avec Simaro, Delzos, Amsou, Mbongos et Yéyé. Malégbingo est le tube lancé par Tripax qui adopte le style de Bavon Marie-Marie en vogue.

1973 Le guitariste Sok’s Sokambi qui part avec le musicien Camerounais Richard Nguémbou au sein du groupe Soul Tropical à Brazzaville va faire un bref passage dans l’OK Jazz de Franco Luambo Makiady à Kinshasa.

1974 Décès du guitariste Fenin Tripax, ancien soliste de Succès Flash et fondateur et chef d’orchestre de Super N’zénzé. Tripax se fait connaître du grand public avec sa composition Malégbingo qui devient populaire en Centrafrique.

1973 Docteur Nico le célébre guitariste de Vibro Succès qui accompagne la quasi totalité des oeuvres de cette formation se sépare de Rodolphe Békpa et fonde Négro Louamé de Boda. Outre, Angazou Rochélito, Pépé, Steeve Ngondo, Baguène et Salou ont fait la pluie et le beau temps de Négro Louamé avant d’intégrer des formations Banguisseoises.

1974 Thierry Yézo transfuge de Vibro Succès, de retour d’Abidjan monte à l’hôtel Safari, devenu Sofitel le Formidable Musiki. Bojojo, Ringo Ngandalet, Alfaba, Delmas, Fily Zounamon et Samy sont les artistes de ce groupe.

1974 Des jeunes copains de Fatima montent Bazombi Sukali. Parmi ses jeunes talents il y a Gina Biakoa, Jean – Louis Biakoa, Kochembock, Kanissa, Euloge Damachoua, Modékon, Jimmy Assossa…

1975/1977 Félix Bassinet et Prophète Bambouhem fondent l’orchestre du parti MESAN dénommé Zo Kwè Zo où de nombreux artistes émergent parmi lesquels Naïmo, Laskin Ngomatchek, Sanfara, Aby Ngomatéké…

1975 Un groupe de copains Congolais et Centrafricains de Brazzaville montent la formation musicale Harmattant Puissance à bord d’un bateau qui les ramène à Bangui depuis Brazzaville. Ils trouvent le temps de confectionner le répertoire du groupe pendant leur périple. Maguy, Henriette et Moussa deviennent des tubes de cette formation. Papa Hiké guitariste soliste du groupe et influencé par les Grands Maquisards marque son passage à Bangui.

1975 Le Président Jean Bedel Bokassa fanatique de la Musique Centrafricaine fait élaborer un grand projet musical pour son pays. Il projette de faire construire une unité de production musicale dans sa ferme de Béréngo, comprenant un studio d’enregistrement 24 pistes, une usine de pressage de disques et une station de radio Panafricaine. Les structures sont construites, mais le projet capote lorsque le coupe d’Etat de David Dacko le renverse en septembre 1979. Africa N°1 serait un projet pensé par Jean Bedel Bokassa.

1976 Le groupe Vibro Succès quitte Bangui pour évoluer au Nigéria en passant par le Cameroun et le Tchad.

1976 Sultan Zembellat, Bruno Chiko, El Zizo, Sonito, Géry et Riva fondent à Fatima Afican Lokombé qui anime les premières parties de Musiki, Succès Flash et Harmattant Puissance.

1976/1977 La République Centrafricaine devient l’Empire. L’Empire est proclamé le 4 décembre 1977. Outre les moments néfastes de l’Empire dominé par la dictature de l’Ex- Empereur de Centrafrique, l’Art en général se développe pendant cette époque. Il y a une politique populaire culturelle qui se développe sur tous ses aspects. Les orchestres sont dotés d’équipements sophistiqués et reçoivent des subventions régulières de l’Etat. Jean Bedel Bokassa fait de Vibro Succès un orchestre d’Etat et de Tropical Fiesta une formation Impériale.Des orchestres sont sollicités à se produire à l’occasion des Fêtes Nationales et de cérémonies que l’Empire organise à l’endroit de ses hôtes de marque. Un disque chanté par les principaux groupes Centrafricains fait l’éloge de l’ex-Empire et de son ancien Empereur.

1977 Rozinos Matalaky transfuge de Centrafrican Jazz monte Léngué Léngué Sentimental avec Franck et Petit Micky. Le groupe anime sur le bateau Maréchal Jean – Bedel Bokassa.

1980 Fondation du groupe Zokéla.

1981 Thierry Yézo sort à Paris l’album Les Martyrs qui rencontre un grand succès.

1982 Fondation de Canon Stars par les transfuges de Makémbé.

1982 Malao Hennecy sort Mon associé au sein du groupe Gabonais Les diablottins dont le succès est mondial.

1983 Sortie de l’album Tènè Sango par Jude Bondèz qui rencontre un grand succès.

1983 Des étudians Centrafricains de France parmi lesquels Max Dadjouma, Sultan Zembellat, Migan, Régis Sissoko monte le groupe Kongo-Wara qui est baptisé Komkobo Star à l’arrivée de Charlie Perrière, Thierry Darlan Yézo et de Stan Banda.

1985 Sultan Zembellat sort son premier album Mea Culpa et devient populaire.

1985 Création de Cool Stars par des transfuges de Canon Stars.

1988 Jean Magalet fonde le Grand Ballet Centrafricain.

1988 Création en France par Sultan Zembellat et Taktoye Kaboro de Maïgaro APMA(Association pour la Promotion de la Musique Africaine).Maïgaro est aussi une formation musicale.

1990 Décès de Jimmy Zakari à Bangui en Centrafrique.

1993 Création de Super Stars par Jean Yves Takamoud, Karawa, Vangu et d’autres artistes Centrafricains.

1993 Docteur Nico Koguia l’ancien guitariste soliste de Vibro Succès et fondateur de Négro Louamé meurt à Boda.

1994 Décès à Bangui du Professeur Marcel Joachim Vomitiendé.

1995 Décès à Banguide Thierry Yézo, le chef d’orchestre et fondateur de Musiki.

1997 (12octobre) Décès à Bangui de Prosper Mayélé.

1996 Sortie à Paris de l’album Séré Boulon par Sultan Zembellat qui rencontre un grand succès.

1996 Princess Leoni Kangala sort l’album Mama Kété qui rencontre un grand succès.

1998 Canon Stars arrive en France et s’y installe jusqu’à ce jour.

2000 (2mars) Décès à Bangui de Jean Magalet.

2000 Des transfuges de Musiki dont Mandata fondent JMC(Jeunes Musiciens Centrafricains).

2003 Création du Site Internet maziki.fr par Sultan Zembellat, dédié à la Promotion de la Musique Centrafricaine et Africaine.

2005 Rosinos Matalaki, le compositeur de Mbi Matalaki de Centrafrican Jazz trouve la mort au Cameroun.

2005 L’orchestre Musiki arrive en France pour une tournée. Gaucher National et Delmas des anciens de ce groupe montent Musiki aile Paris.

2005 L’Alliance Française de Bangui et de Paris en collaboration avec le Ministère Centrafricain de la Culture, la Coopération Française, Maïgaro APMA et Parfum d’Afrique organisent à Paris la Semaine Culturelle Centrafricaine est Paris.Outre la Musique avec Laetitia Zonzambé qui se produit à New Morning, le Cinéaste Centrafricain Didier Ouénangaré présente le silence de la forêt. La littérature et les Arts Plastiques Centrafricains ont eu droit de cité.

2006 (14 mars) Création de Centrebec Maziki, une Radio sur le Net dont le but est de promouvoir la Musique Centrafricaine encore méconnue à ce jour.

2006 Création à Paris de 3 CF Communauté Culturelle Centrafricaine dont le but est de promouvoir la Culture Centrafricaine dans sa globalité.

2007 Phénomène de création des groupes musicaux à Bangui parmi lesquels Sapéké Musica, Lakouanga Musica, Miskine Musica, 92 Miusica et autres.

A suivre….

maziki.fr
Sultan Zembellat
Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.