IV/ La Musique Afro Cubaine

    trio-matamoros
    Trio Matamoros groupe Cubain fondé en 1925
    tito1
    Tito Puente

    Entre 1940 et 1950 des étudiants qui reviennent de France, des voyageurs Ghanéens, Béninois et Togolais appelés “Popo” ramènent des disques Afro Cubains et High Life et participent de ce fait à la popularisation de ces genres musicaux en Afrique Centrale. La Centrafrique se met aussi au rythme de Son, Mambo, Cha Cha Cha. La Musique Afro Cubaine qui prend sa source en Afrique se développe dans les années 20 et sous l’appellation de son Cubain.

    1/ Le Son Cubain

    Le Son est dérivé du Danzon, un style musical venant des paysans des montagnes Cubaines. La Musique Afro Cubaine appelée le Son est dominée de percussions Africaines transformées en Bongos et Congas et de la guitare espagnole modifiée en une petite guitare à trois cordes doublées avec une sonorité aigüe. Puis, entre 1920 et 1940 cette musique emmenée par des exilés Cubains qui débarquent aux Etats-Unis est retravaillée par des latino et des Américains qui lui apportent de nouveaux arrangements teintés de jazz.

    2/ Le Mambo et Latin

    enrique-jorrin2
    Enrique Jorrin

    En 1930 aux Etats-Unis le percussionniste Dominicain Tito Puente invente le Mambo à partir du Son Cubain et le fait sortir du ghetto. A cette époque une rencontre des musiciens latinos et Amiricains du jazz, notamment, Dizzy Guillepsie et Duke Ellington au temple musical “Palladium Ballroom” permet l’enrichissement du style Latin Jazz. Le Mambo vient d’une langue Bantou et qui signifie chant sacré, notamment au Congo. Influencés par les Jazzmen Américains Dizzy Gillespie et Stan Kenton les Cubains immigrés aux Etats Unis introduisent 4 saxophones, 4 trompettes qui accompagnent désormais un piano, une contre basse et des percussions composées de congas, timbales et de maracas. Les Jazzmen Américains Dizzy Gillespie, Stan Kenton, Charlie Parker qui jouent régulièrement avec des latinos introduisent le dans l’Afro Cubain naissant aux Etat Unis en 1945 et inventent un genre nouveau dénommé Latin-Jazz.

    3/ Enrique Jorrin invente le Cha Cha Cha

    En 1950 le Cha Cha Cha dérivé du Son est créé par le violoniste Cubain Enrique Jorrin qui donne les lettres de la noblesse à musique Afro Cubaine. En fait, Cha Cha Cha vient du frottement des pieds des danseurs remarqué par Enrique. D’où l’appellation de Cha Cha Cha. Le Cha Cha Cha devient à la mode et fait le tour du monde. Aussi, toute l’Afrique danse le Cha Cha Cha à la mode et c’est sur ce rythme que Joseph Kabassélé alias grand Kalé de la Rdc compose et chante “Indépendance Cha cha” qui devient l’hymne de l’Indépendance Africaine.

    4/ La Salsa

    Enfin, les années 50 et 60 marquent un mélange à la manière d’une sauce de plusieurs recettes appelé Salsa. La rencontre des immigrés latino et Américains permet d’introduire deux trombones qui accompagnent les percussions et le piano avec des arrangements vifs, piquants empruntés au jazz. D’où la naissance de la Salsa dérivée du Son Cubain. La Salsa est ce que le est pour la Rumba. En fait, le Soukouss est une variante cadensée de la Rumba et comportant beaucoup d’animations.

    5/ La Pachanga

    johnny-pacheco
    Johnny Pacheco

    Dans les années 60 Eduardo Davidson fait une fusion de Méréngué et de Conga à Santiago de Cuba et invente la Pachanga. Puis, le célèbre flûtiste Dominicain Johnny Pacheco popularise la Pachaga dans le monde entier à partir de YorK. L’Afrique est également touchée par la fièvre de la Pachanga du fait que Cercul de Brazzaville, une formation dirigée par Franklin Boukaka adopte ce style avec une particularité qui est la sonorité endiablée du guitariste soliste de ce groupe.

    maziki.fr
    Zembellat
    Anthologie de la Musique Centrafricaine

     

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.