XIV/L’Evolution de la Musique Centrafricaine

    1/ L’explosion des groupes musicaux dans les années 70

    Groupe Zo Kwè Zo
    Groupe Zo Kwè Zo

    Nous assistons à l’explosion de groupes musicaux Centrafricains dans les années 70 et parmi lesquels: ” Echo 70, Super Elégance, Vox Négra, Vox Amical, Négro Louamé, Super Nzénzé, Vibro Jazz, Flash Vaqueros, Super Commando Jazz, Musiki, Ngombéka, Léngué Léngué Sentimental, Super Bazombi, Africa Lokombé, Zo Kwè Zo…Ces groupes se fondent et disparaissent fautes de moyens et de promotion hors de nos frontières.

    Entre 1980 et l’an 2000 nous assistons à la naissance de “Canon Stars” “Zokéla”, “Super Stars”, “Ouka Stars”, “Cool Stars” et “JMC”. De nos jours, la majorité de groupes disparaissent pour des raisons de la concurrence concernant des matériels sophistiqués des discothèque d’une part et d’autre part pour la crise économique qui réduit le pouvoir d’achat des Centrafricains. Seules les formations “Musiki”, “Tropical Fiesta” et “JMC” animent désormais les nuits Centrafricaines.

    Georges Ferreira et Djogo Massely
    Georges Ferreira et Djogo Massely

    Parmi les artistes qui marquent avec leurs groupes l’histoire de la Musique Centrafricaine l’on remarque : Le guitariste Prosper Mayélé et le Centrafrican Jazz, le chanteur Charlie Perrière et le Tropical Fiesta, le chanteur saxophoniste Rodolphe Békpa et le Vibro Succès, le guitariste Thierry Darlan et le Muziki, le guitariste Diable Kombas et le Succès Flash et le guitariste Georges Ferreira et le Makémbé.

    Le chanteur, auteur, compositeur Docteur Wetch de Centrafrican Jazz, considéré comme le meilleur compositeur Centrafricain et Lézy chanteur de charme de Vibro Succès méritent un hommage particulier. Un nombre imprtant d’artistes Centrafricains émigrent en France pour poursuivre leur carrière entre les années 80 et 90.

    Sultan et Sokambi
    Sultan et Sokambi

    Compte tenu de sérieusses difficultés liées au manque de structures de production discographique et aux moyens de promotion en Centrafrique, un nombre important d’artistes Centrafricains émigrent en France pour poursuivre leur carrière entre les années 80 et 90. Baba Bhy Gao, Léa Lignanzi, Princess Léoni Kangala, Sultan Zembellat, Etty Pacheco, Frédéric Yvon Kangala, Laskin Ngomatéké, Faustino, Saladin, BB matou et les Canons sont les artistes et groupes Centrafricains expatriés qui tantent de promouvoir la musique de leur pays en France.

    maziki.fr
    Sultan Zembellat
    Anthologie de la Musique Centrafricaine

     

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.