La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki 2018 !!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

Catégories

En 1973, Souzy Kasseya décide d’entamer une carrière solo, et en 1977, il rejoint Paris. Dans la capitale française, il commence à travailler, aux côtés d’Asi Kapela, Bopol Mansiamina et Empompo Loway, avec la chanteuse Mpongo Love- et son groupe Tsheke Tsheke Love où il découvre Tshala , alors danseuse/choriste. Il composera d’ailleurs pour Mpongo Love- certains titres dont « Rebe », « Destinée », « Ah Mony » ou encore « Yoko »…Parallèlement, il collabore avec Sam Mangwana qui le soutiendra pour la réalisation de Africa Now, son premier album solo aux couleurs /mutuashi/soul/funk/pop, réalisé avec Aladji Touré (basse), Jimmy Mvondo Mvele (guitare), Jules Kamga (guitare)…A la sortie du disque chez WEA en 1980, Souzy Kasseya part faire la promotion à Abidjan et y rencontre ses compatriotes Lokasa Ya Mbongo, Nyboma Mwan’dido (futur Kékélé), Théo Blaise Kounkou, Ange Lino…En leur compagnie, il renoue avec le . Plus tard, il va enregistrer à Lomé (Togo) son deuxième album, Mami Wata. Dans la capitale togolaise, il retrouve à nouveau Tshala et ensemble, ils décident de collaborer. Bel chante les œuvres monumentales «Mpeve ya Nlongo » et «Yamba ngai », écrites par Ley en 1982. Elle est la plus belle et la plus forte voix de la musique zaïro-congolaise. Grâce à sa voix, elle se fait un nom dans les annales de la musique congolaise et africaine. Partout, ses apparitions déclenchent 1’hystérie collective. Elle devient une valeur sûre de la

Share on Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.