La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki risque de fermé !!!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

histoire

Pretty Yende, du township sud-africain à la Scala de Milan

Pretty-Yende - http://maziki.fr

A 26 ans, la jeune soprano incarne la percée des voix noires sud-africaines dans l’opéra lyrique.

Le 28 octobre prochain, elle donnera un récital exceptionnel à l’Espace Pierre Cardin à Paris, tandis que la prestigieuse Scala de Milan l’a programmée dans trois productions de sa saison 2011-2012. Elle sera Musette dans La Bohème, de Puccini, chantera dans Les Noces de Figaro, de Mozart, et dans Aïda, de Verdi. Brillante soprano, Pretty Yende est considérée aujourd’hui comme l’une des voix les plus prometteuses des scènes internationales. Pourtant, à sa naissance en 1985, son pays, l’Afrique du Sud, est toujours soumis au régime de l’apartheid, et Nelson Mandela, condamné à la prison à perpétuité pour terrorisme, se trouve toujours dans une cellule. Noire, la fillette va grandir à Thandukukhanya, un township de Piet Relief. Située à l’est du pays, la ville doit son nom à un chef boer, Pieter Retief, dont l’assassinat en 1838 est considéré comme l’un des actes fondateurs de l’histoire afrikaner.
Une musique de publicité

Un soir, chez elle, une banale publicité à la télévision atteint Petty au plus profond d’elle-même. Un extrait de Lakmé, l’opéra de Léo Delibes, accompagne les images. Le lendemain matin, au lycée, émue, elle demande à un professeur s’il sait d’où est tirée cette musique. « Il m’a dit que ça s’appelle un opéra », se souvient-elle. Alors elle a ajouté : « Je dois faire ça. » Le mot opéra sur lequel résonnaient les quelques notes entendues la veille venait de bouleverser sa vie. « Tout ce que je voulais faire, c’était chanter. Tout ce que je voulais faire, c’était de savoir chanter. Même maintenant, tout ce que je veux faire, c’est de savoir chanter. »
Ses trois modèles

Depuis, en effet, elle n’a cessé de travailler sa voix, notamment à l’Academia della Scala de Milan. Le répertoire lyrique n’est plus pour elle un monde inconnu, mystérieux et inaccessible. Elle a même ses cantatrices préférées : l’Américaine Maria Callas, que Léonard Berstein surnommait « la Bible de l’opéra », l’Italienne Mirella Freni et l’Espagnole Montserrat Caballe. En juillet dernier, participant, à Moscou, sur la scène du Théâtre Stanislavski et Nemirovitch Dantchenko, au concours Operalia créé il y a dix-neuf ans par Placido Domingo, elle a remporté le premier prix, ainsi que deux autres récompenses : le prix de la zarzuela et celui du Public. Jamais un même lauréat n’avait décroché les trois.
Une  » nation chantante  »

En fait, depuis quelques années, les voix noires sud-africaines ne sont plus rares à se produire sur les grandes scènes. Au temps de l’apartheid, elles étaient tenues de se taire. Ce n’est plus le cas. « Pour le moment, nos meilleurs chanteurs sont des Noirs », souligne Virginia Davids, responsable des études vocales au Collège de musique d’Afrique du Sud, basé à l’université du Cap.

Elle ajoute : « Autrefois, les gens de couleur n’étaient même pas autorisés à monter sur scène. C’est pourquoi on a l’impression d’assister à une explosion. » Selon elle, « les choses se sont soudain ouvertes et ont commencé à réaliser qu’ils pouvaient faire carrière ». Pretty Yende, elle, parle de « nation chantante ». « Nous sommes nés avec un battement. Nous pleurons, nous chantons. Nous rions, nous chantons. Nous sommes tristes, nous chantons. Nous perdons, nous chantons. Nous gagnons, nous chantons… »

Soucre : Par Alain Vincenot ( C’est sur France Soir )

Share on Facebook

YOUTUBE : BOPAUL MATONDO Tél 0033 650778065 Sam Mangwana Sam Mangwana est un musicien congolais et angolais. Il a travaillé Continuer la lecture

Share on Facebook

YOUTUBE : BOPAUL MATONDO Tél 0033 650778065 Sam Mangwana Sam Mangwana est un musicien congolais et angolais. Il a travaillé Continuer la lecture

Share on Facebook

YOUTUBE : BOPAUL MATONDO Tél 0033 650778065 Sam Mangwana Sam Mangwana est un musicien congolais et angolais. Il a travaillé Continuer la lecture

Share on Facebook

YOUTUBE : BOPAUL MATONDO Tél 0033 650778065 Sam Mangwana Sam Mangwana est un musicien congolais et angolais. Il a travaillé Continuer la lecture

Share on Facebook


11 films, la plupart inédits en France, pour exprimer la diversité de la création cinématographique de la diaspora africaine

Du vendredi 2 au dimanche 4 septembre

CINÉMA LA CLEF 

  34 rue Daubenton
75005 Paris
M° Censier-Daubenton

 

 

 

 

LE PROGRAMME

 

VENDREDI 02 SEPTEMBRE A 18H00

18h00 Réception d’ouverture

19h00 Film d’ouverture: BESOURO
De Joao Daniel Tikhomiroff, Brésil, 2010, 1h34, en portugais sous-titré français
Un film d’action à grand budget, Besouro retrace l’impressionnante histoire de résistance et de révolte du légendaire Besouro Mangangà, un esclave rebelle du Brésil des années 1920 qui – avec l’aide des orishas (dieux) afro-brésiliens et sa puissante maîtrise de l’art martial de la capoeira – se battra pour sa dignité d’homme noir et pour la liberté de son peuple.

SAMEDI 03 SEPTEMBRE

14h00 COMMENT CONQUERIR L’AMERIQUE EN UNE NUIT
De Dany Laferriere, Canada/Haiti, 2004, 1h36, en français
Fraîchement arrivé à Montréal, le jeune haïtien Gégé s’est donné pour mission de conquérir l’Amérique en charmant la femme blonde.

16h00 UNE FEMME PAS COMME LES AUTRES
De Abdoulay Dao, Burkina Faso, 2009, 1h41, en français
Trompée dans son propre lit conjugal par un homme avec qui elle vit depuis sept ans, Mina (Georgette Paré), dirigeante d’entreprise prospère, décide de prendre un deuxième mari, dans une société où la polygamie ne suscite aucun signe de réprobation mais où la polyandrie est une pratique quasiment inconnue.

18h00 LES FILS DE BENKOS
De Lucas Silva, Colombie/France, 2003, 52mn, en français et espagnol sous-titré français
La culture africaine en Colombie vue et racontée à travers le prisme de la musique: le son palenquero, la musique venue de Cuba arrivée en Colombie en 1920 et la Champeta, musique exclusive des pauvres et déshérités qui a tout balayé sur son passage.
Débat après projection

19h30 MOZART NOIR A CUBA présenté avec VOUS AUTRES…
MOZART NOIR A CUBA
De Steve et Stéphanie James, Guadeloupe/Cuba, 2006, 52mn, en français et espagnol
Documentaire consacré à la vie et à l’oeuvre du Chevalier de Saint Georges (1745-1799), compositeur, violoniste et chef d’orchestre guadeloupéen, fils d’une esclave et de son maître.

+ VOUS AUTRES…
De Olivier Nelli, France, 2010, 8mn, en français
Aida, Rama, et Bijou, trois françaises, une origine: l’Afrique. Refoulées à l’entrée d’une boîte de nuit parisienne, les jeunes femmes sont en proie à la résignation ou à la colère.
Débat après projections

21h30 LES SEIGNEURS DE HARLEM
De Bill Duke, USA, 1997, 2h10, en anglais sous-titré français
Lorsqu’il sort de la prison de Sing-Sing en 1935, Ellsworth Bumpy Johnson (Lawrence Flishburn) retrouve Harlem en émoi. Stéphanie St Clair (Cicely Tyson), qui régnait sur la loterie des nombres, est désormais en concurrence avec le redoutable roi de la bière du Bronx, Dutch Schultz (Tim Roth), qui veut s’implanter dans le quartier noir. C’est la guerre.

DIMANCHE 04 SEPTEMBRE

14h00 FAMILY MOTEL
De Hélène Klodawsky, Canada/Somalie, 2008, 1h28, en anglais sous-titré français
Expulsées de leur logement à cause d’un retard dans le paiement de leur loyer, Ayan et ses filles se retrouvent dans un hôtel pour les laissés pour compte de la ville.
Family motel est un film dramatique inspiré par les histoires des hommes et des femmes qui, malgré des conditions de vies difficiles, se battent pour garder leurs rêves et intégrité intacts.

16h00 LE TEMPS DES CAMARADES
De Mohamed Chrif Tribak, Maroc, 2009, 1h23, en français et en arabe sous-titré français
Un film à propos de la vie universitaire sur le campus de l’université de Tetouan qui nous parle d’un moment peu connu dans l’histoire politique du Maroc. Ce film, qui illustre la confrontation idéologique entre étudiants musulmans et étudiants marxistes, nous fait penser à la turbulence politique actuelle de cette partie du monde.

18h00 BESOURO
De Joao Daniel Tikhomiroff, Brésil, 2010, 1h34, en portugais sous-titré français
Un film d’action à grand budget, Besouro retrace l’impressionnante histoire de résistance et de révolte du légendaire Besouro Mangangà, un esclave rebelle du Brésil des années 1920 qui – avec l’aide des orishas (dieux) afro-brésiliens et sa puissante maîtrise de l’art martial de la capoeira – se battra pour sa dignité d’homme noir et pour la liberté de son peuple.

20h00 FAIS DANSER LA POUSSIERE
De Christian Faure, France 2009, 1h30, en français
Elevée par sa mère bretonne, Maya, qui n’a jamais connu son père noir, part à la recherche de l’autre moitié de son histoire. A la croisée des chemins, ses rencontres, ses expériences la détruisent, la construisent, car Maya est une « résiliente », toujours prête à croquer la vie… Malgrè ce monde sans indulgence, sans complaisance, ni générosité à son égard, elle parvient à se hisser au sommet de son art: la danse.
Débat après projection

Share on Facebook