La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki risque de fermé !!!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

4/ Franklin Boukaka

Franklin Boukaka

Franklin Boukaka

Franklin Boukaka intellectuel et engagé est tué en 1972 sous le règne de Marien Ngouabi. Qui ne se souvient pas de Franklin Boukaka et de ses chansons engagées ?  » Les Bûcherons  » est une oeuvres qui reste encore gravées dans la mémoire collective de tous ceux qui militent pour la Liberté de leur peuple.  » Tout homme doit mourir un jour mais, toutes les morts n’ont pas la même signification « . A travers cette chanson intitulée  » les Immortels « , Franklin Boukaka rend hommage aux combattants de la Liberté ( Médhi Ben Barka, Barthélémy Boganda, André Matchoua, Oum Niobé, Simon Kimbangu…)

Franklin Boukaka musicien intellectuel et engagé Congolais est né vers 1940 à Brazzaville et est tué en 1972 sous le règne du Président Marien Ngombi. Franklin Boukaka est avant sa mort le meneur du Mouvement Culturel Congolais, dénonce le colonialiste et la misère de son peuple.  » le peuple bouffe des légumes pendant que certains se nourrissent de la bonne chaire « . En ce terme, Franklin Boukaka de  » Cercul Jazz  » dénonce le pouvoir en place qui opprime le peuple. Si le Congo Brazzaville excelle dans les chansons d’amour à travers sa Rumba, quelques rares musiciens intellectuels, révolutionnaires, réactionnaires, visionnaires et panafricanistes comme Franklin Boukaka et Alpha Blondy abordent des thèmes de prise de conscience nationale et internationnale. Outre la collaboration de Franklin Boukaka avec Manu Dibango sur plusieurs enregistrements,  » Antoinette Muanga  » l’une de ses titres est repris par de nombreux Cubains et notamment par le célèbre groupe  » Orchestra Aragon de Cuba « . Avec la mort de Franklin Boukaka disparaît une voix d’Afrique qui défend les les plus faibles.

5/ Les Trois Frères

Youlou mabiala

Youlou mabiala

En 1977 Marien Ngoambi est tué et Joachim Yombi Opango prend le pouvoir et demande le retour des artistes du pays qui évoluent au Congo voisin et parmi lesquels : Michel Boy Banda, Youlou Mabiala, Loko Masséngo et Céli Bitshu. En voulant consolider la musique Congolaise, Joachim Yombi Opango recherche à vrai dire à renforcer son pouvoir en faisant appel à ces chanteurs célèbres. D’où la création  » du groupe « trois Frères  » en 1977 composé de Youlou, Loko Masséngo et Boy Banda qui secoue le Congo à travers le tube  » Chéri Kamikaze « . Céli Bitchu reste à kinshasa où il évolue au sein d’Ok ! Jazz de Franco Luambo Makiadi. En 1977 le mouvement de jeunesse Culturelle avec l’UMC rassemble les Ecrivains, les Plasticiens, les Dramaturges, les Comédiens en une grande organisation dénommée l’UNEAC (Union Nationale des Ecrivains et Artistes du Congo) avec son premier Président Mountou Tipoua Joseph, l’ancien chef d’orchestre  » d’Orphée Jazz « .

6/ L’UNEAC

Zao

Zao

L’UNEAC est à l’origine de la création de FESPAM ( Festival Panafricain de Musique ) organisé depuis 1996 à Brazzaville sous le Président Pascal Lissouba. Le BCDA (Bureau Congolais des Droits d’Auteur) et le syndicat des artistes Congolais sont fondés dans les années 80 par Ange Linaud et Lucien Kimpouni. Les deux organisations sont présidés en ce moment par Ibel Ibéla et Dercy Mandjangou. Ange Linaud devient en 1995 et 1996 Conseillé spécial du Premier Ministre en matière Culturelle. Il participe au premier FESPAM en 1996 où il chante  » C’est toi que je préfère  » avec Mamie Claudia, chanteuse Congolaise décédée dans les années 90.



Anthologie de la Musique

Share on Facebook

Laisser un commentaire