La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki risque de fermé !!!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

Musique

Rabat Africa Festival de retour pour célébrer la diversité et le métissage

FESTIVAL – Proximité, diversité, fraternité. Le festival de quartier Rabat Africa célébrera sa 11e édition, du 13 au 18 octobre, au centre interculturel de la Fondation Orient-Occident à Rabat, organisatrice de l’événement. Mot d’ordre: célébrer la diversité et le métissage des populations marocaines et subsahariennes autour de valeurs de tolérance et de fraternité.

Le festival, devenu un événement attendu qui attire chaque année plus de 5.000 visiteurs, veut sensibiliser au sort des populations migrantes de l’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient qui font face quotidiennement au racisme, à l’exclusion et à l’indifférence.

Rabat Africa Festival

Rabat Africa

Crée un dialogue interculturel pour renforcer les liens entre le Maroc et ces migrants et favoriser leur insertion au sein de la société marocaine. Danses, chants, musique, projections de films, conférences, contes, expositions… L’Afrique sera célébrée à travers diverses expressions artistiques. « Ce festival est né d’un constat, il n’existait pas de plateau pour mettre en avant la fusion culturelle entre le Maroc et les pays de l’Afrique subsaharienne », explique  Teddy Batou, programmateur artistique du festival. « Nous voulons rendre hommage aux talents africains et les valoriser sur le territoire marocain, créer une cohésion entre toutes ces cultures différentes présente dans la société marocaine », ajoute-t-il. En somme, permettre aux migrants et réfugiés d’exprimer leur talent, d’être des valeurs ajoutées au sein de la société et de casser les préjugés dont ils sont victimes.

 

Festival 2017

Cette année, les femmes de l’atelier de couture « Migrants du monde » seront mises à l’honneur. Des femmes marocaines, subsahariennes et du Moyen-orient mettront en commun leur talent pour créer des pièces de haute-couture qu’elles présenteront lors d’un défilé. Des groupes d’artistes internationaux seront également attendus pour des fusions et concerts de musiques du monde. Les amateurs de cuisine pourront participer à des ateliers culinaires interculturels organisés pour mélanger les saveurs africaines et moyen-orientales, pour un moment gourmand et convivial.

La présidente de la Fondation Orient-Occident, Yasmina Filali, tiendra une conférence au Ryad Senso sur les questions de migration et identité, ouvrant le débat autour des problématiques migratoires et invitant à la réflexion.

Enfin, et pour finir en beauté, les tous petits seront invités le dernier jour à des ateliers d’éveil, de danse et de percussions dans le cadre d’une création artistique baptisée « Vivre Ensemble ».

source : 10ème Edition De Féstival Rabat Africa 2016 – Facebook  https://www.facebook.com/events/198309480601864/?

 

Article MAziki : Rabat Africa Festival

Share on Facebook

DJMAWI AFRICA EN TOURNÉE AU CANADA

Abdelaziz El Ksouri : “Nous revendiquons notre africanité

Après sa participation au festival Rythmes du monde, le groupe se produira également ce 22 juillet au festival Nuits d’Afrique de Montréal à l’initiative de SN Production. Cette tournée canadienne de la formation est soutenue par l’Office national des droits d’auteur (Onda), ainsi que l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc).

Le groupe de musique Djmawi Africa, actuellement en tournée au Canada, s’invite au débat suscité par la polémique sur les réfugiés subsahariens enclenchée par Ahmed Ouyahia. “Nous revendiquons notre africanité”, tonne d’emblée Abdelaziz El Ksouri, manager et guitariste de Djmawi Africa. M. El Ksouri estime nécessaire de mettre en avant les origines africaines de l’Algérie. “Je crois que nous ne sommes pas les seuls à le faire ; d’autres l’ont fait avant nous, à l’exemple de Kateb Yacine”, explique le manager du groupe qui dit assumer la profondeur africaine de l’Algérie. Le chef du RND a qualifié la présence, certes illégale, de réfugiés africains en Algérie de “menace pour la sécurité nationale”. “Nous sommes tous des Africains”, argumente notre interlocuteur.

Évoquant le séjour canadien de son groupe, El Ksouri avoue que la participation de Djmawi Africa au Festival de jazz constitue pour lui “une belle consécration”. Le groupe a déjà participé à d’autres manifestations du genre au Canada, comme le Festival du monde arabe (FMA) en 2010 et 2015, et le festival Sunfest en Ontario. Après sa participation au festival Rythmes du monde, Djmawi Africa se produira également ce 22 juillet au festival Nuits d’Afrique de Montréal à l’initiative de SN Production. La tournée canadienne de la formation est soutenue par l’Office national des droits d’auteur (Onda) et l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc). Se définissant comme un groupe artistique de scène, Djmawi Africa a sévi sur plusieurs scènes emblématiques du monde, aussi bien en Amérique, en Asie, en Afrique qu’en Europe. Quelque 350 concerts ont été animés par le groupe algérien aux quatre coins du monde. Djmawi Africa a sur les tablettes un projet de 40 dates dans le cadre d’une tournée européenne.

Auteur de trois albums et d’un best-off, cette formation planche présentement sur le projet d’un nouvel opus qui sera de la même veine que les précédents, dont le plus emblématique Avancez l’arrière, porteur de sonorités puisées dans les entrailles du continent noir et le terroir algérien. C’est dans cet album édité en 2013 que le groupe a rendu hommage à des personnalités politiques qui ont marqué leurs pays, comme Frantz Fanon, Nelson Mandela, Abane Ramdane et Mohamed Boudiaf.

Avec l’arrivée d’Issam Bousli en tant que nouveau chanteur du groupe, après le départ de Djamil Ghouli, les huit membres du groupe mettent les bouchées doubles pour peaufiner le nouvel album qui sortira d’ici la fin de l’année, selon les prévisions d’Abdelaziz El Ksouri. Plus “urbains”, les textes engagés de Djmawi Africa portent un regard assez critique et expriment tout le paradoxe qui traverse la société algérienne contemporaine.

Share on Facebook

les artistes africains au programme

Le festival Jazz à la Villette s’ouvre le 3 septembre à Paris.

Villette 2015 : les artistes africains au programmeLes artistes africains Vieux Farka Touré, Ballaké Sissoko, Tony Allen ou encore William Onyeabor seront à l’honneur.

 

 

The Touré-Raichel Collective (le 5 septembre au Cabaret sauvage)

Fils du légendaire guitariste malien Ali Farka Touré, Boureima « Vieux » Farka Touré s’est forgé une réputation de bluesman quasiment aussi solide que celle de son père. Déjà présent en 2013, le musicien originaire de Niafunké revient cette fois en duo avec le pianiste israélien Idan Raichel, qu’il avait rencontré par hasard dans un aéroport en 2010. Les deux musiciens avaient improvisé en 2012 un album intitulé The Tel-Aviv Session, qui mêlait rythmiques africaines et mélodies traditionnelles juives. Ils sont accompagnés par Yossi Fine à la basse et Souleymane Kané aux percussions.

Ballaké Sissoko & Vincent Segal (le 9 septembre à la Philharmonie de Paris)

Ballaké Sissoko joue de la kora depuis près de trente ans, et compte de nombreuses collaborations, notamment avec le compositeur italien Ludovico Einaudi. Vincent Segal est un violoncelliste et le fondateur du duo électro déjanté Bumcello. Tous les deux aiment les expérimentations, sans renier le classique : ils étaient faits pour se rencontrer. En 2009, leur album Chamber Music était récompensé par une Victoire du jazz. Six ans plus tard, les voilà sur la scène de la Philharmonie de Paris. Comme un retour aux sources, pour ces deux enfants du Conservatoire.

Tony Allen (le 9 septembre à la Grande Halle de la Villette)

Tony Allen est ce que l’on appelle un monstre sacré. « Sans lui, il n’y aurait pas d’afrobeat », avait d’ailleurs déclaré son compère Fela Kuti. Batteur de génie, le Nigérian a accompagné les plus grands, mais aussi les plus improbables, comme Doctor L du groupe de rap Assassin ou encore Sébastien Tellier… Et il tient toujours le rythme, à bientôt 75 ans. En 2014, son album Film of Life était écrit en collaboration avec Damon Albarn, chanteur de Blur et de Gorillaz. Comment Tony Allen va-t-il surprendre le public de la Villette cette année ?

Who is William Onyeabor ? (le 11 septembre à la Grande Halle de la Villette)

Pour répondre à cette étrange question, pas moins de quinze musiciens ont décidé de se réunir en hommage à ce pionnier nigérian du funk électro, dont les huit albums sortis entre 1977 et 1985 sont tombés dans l’oubli… du moins avant que Luaka Bop, le label de David Byrnes, ne les remette au goût du jour sur la compilation Who is William Onyeabor ? en 2013. Sur scène, on pourra notamment voir Money Mark des Beastie Boys, Luke Jenner de The Rapture ou encore Jaz Walton d’Antibalas rendre hommage à un artiste injustement méconnu.

 

Share on Facebook

COULEURS DU MONDE : APRÈS L’AFRIQUE DU SUD ET LA NOUVELLE-ZÉLANDE, AU TOUR DE LA SICILE

La magie sud-africaine opérait jeudi dernier au festival couleurs du sud

Septième soirée de Couleurs du monde en perspective ! Toujours aussi nombreux, les spectateurs castrais ont rendez-vous ce soir sur la traditionnelle place du 1er-Mai. La Sicile sera cette fois à l’honneur du festival de danses traditionnelles. La troupe Citta dei Templi fraîchement débarquée de l’île italienne n’aura de cesse de surprendre le public. Au programme de la soirée, des danses rythmées et des chants mélodieux, à l’image des traditions culturelles des Siciliens du début du siècle dernier. Parmi les thèmes évoqués par les artistes de la troupe Citta dei Templi, la pêche, le travail des champs et l’amour bien évidemment.
Pour celles et ceux qui n’ont jamais mis les pieds en Italie, le spectacle de mercredi soir s’annonce «un fabuleux voyage en terre sicilienne», dixit la programmatrice du festival Couleurs du monde Christel Rigal.

Pour les amateurs de soleil et d’airs latins, rendez-vous ce soir dès 21 h 30 pour une heure et demie de «show» sur la place du 1er-Mai à Castres. En cas d’intempéries, un repli est prévu dans la salle Gérard Philipe aux abords de la place. Chaque soirée du festival a pour l’instant tenu ses promesses. Environ deux mille spectateurs se sont réunis pour applaudir les artistes venus des quatre coins du monde. Jeudi dernier, les danseurs sud-africains de Soweto ont même invité le jeune public à les rejoindre sur scène à la fin de leur performance. La bonne humeur est de mise pendant le festival le plus coloré du Tarn.

 

Share on Facebook

Vendredi 7 août, la première soirée des Escales, à Saint-Nazaire, a débuté sous les rythmes africains de Vaudou Game, le Bal de l’Afrique enchanté et Jungle by Night.

Ambiance Woodstock avec les riffs endiablés de Peter Solo, du groupe Vaudou Game. Rythmes afro-cubains pour le début du concert du Bal de l’Afrique enchanté. Afro-beat teinté d’électro pour les Néerlandais de Jungle by Night.


Rythmes africains pour la première soirée des… par OuestFranceFR

Hier, la 24e édition des Escales a fait une excursion musicale par les rythmes africains . À en oublier presque que le Chili était à l’honneur !

Share on Facebook

« Mali Denou » is taken from « Rebirth », Les Ambassadeurs new EP
Out June 2015 on WorldVillage. Directed by Jessy Nottola, edited by Jessy Nottola & Rémi Crépeau.
****************************************­**************

Share on Facebook