Supers Stars

Supers Stars

Lorsque des problèmes éclatent au sein du groupe Canon Stars où Karawa est l’un des leader, il quitte le groupe en compagnie du bassite Vasco du pays et de Sylvano en été 1993. La même année Karawa, Sylvano, Vasco, Vangu, Chiko et d’autres montent le groupe Super Stars. Le groupe entre au maquis chez Karawa au quartier Sica II où des répétitions nocturnes laissent penser que la bande à Karawa prépare quelque chose. Il importe de signaler que le guitariste de talent Karawa démarre dans la musique avec Mobanza dans les années 70 au sein d’un jeune groupe dénommé Les Messie de la Musica. Le groupe s’inspire de la formation Congolaise Lipua Lipua qui rencontre un succès fou en . Ainsi, Karawa fasciné par le guitariste rythmique de Lipua Lipua Vata Mombassa l’imite au point de reprendre avec Mobanza qui assure les solos de guitares de Ricos Kinzunga presque la quasi totalité du répertoire du groupe Congolais.

Quand Les Messies de la Musica sortent son premier 45 tours comportant le titre Azénda, le succès rencontré par les jeunes Karawa, Mobanza et compagnie en 1980 est tel qu’ils font l’objet de la solicitation de grandes formations de la place. L’orchestration d’Azénda, chanson moralisante rappelle au public Centrafricain le tout puissant Lipua Lipua bien aimé au pays. Du reste, Karawa et Mobanza intègrent Makémbé de Georges Ferreira et de José Ngoïta qui attendent de ces jeunes talents un souffle nouveau à leur formation vieillissante..

Après avoir fait les pluies et les beaups temps de Makémbé, les deux jeunes musiciens le quittent pour former Canon Stars en 1982 puis Karawa claque la porte pour fonder Super Stars. La sortie de Super Stars avec les chanteurs de talent Vangu et B.B. Matou enflamme Bangui et fait trembler des groupes de la place. Leur animateur lance des cris d’animation qui deviennent populaires en Centrafrique.  » Mo assa na bangué ka ».  » Mo yo tangawissi na li ti mo… »

Ainsi le groupe va de succès en succès et sort « Pauvreté » du chanteur Congolais surnommé Petit Tchadien qui reste longtemps à la tête du hit – parde Centrafricain. Moraliste, imaginatif, Petit Tchadien décrit la souffrance au quotidien d’un Centrafricain de basse classe qui rêve de devenir riche un jour. Il apporte du piment à cette chanson en faisant référence à la délivrance des pauvres en Egypte pour faire allusion à Moïse et à son peuple. Après l’  » Pauvreté  » sorti en 1996 et produit par Jowice, la mort de Karawa, Sylvano le guitariste soliste de talent et de Vangu son meilleur chanteur en 1999, est sans doute l’une des difficultés rencontrées par cette formation qui peine à trouver une nouvelle source d’inspiration. Le groupe continue à exister en dépit de la crise économique et sociale qui frappe la République .



Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.