La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki risque de fermé !!!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

Rigobert Bassinet

bangui-centre-annees-50Bangui en 1950

Parmi les Pionniers de la Musique figure Rigobert Bassinet dont on ne parle pas beaucoup. Et pourtant en son temps, Rigobert a beaucoup œuvré pour la Musique . Né en 1905 en Martinique, Rigobert Bassinet devient plus tard Adjudant dans l’Armée Française et est affectée en Oubangui Chari dans les années 40. Ayant appris la musique dans l’Armée et joué plusieurs années durant à Fort-de– France, on lui confie la formation de la fanfare militaire basée en Oubangui Chari. Rigobert est multi instrumentiste du fait qu’il joue du saxophone, de la trompette et de la clarinette.

Au Camp Kassaï de Bangui où le est basé, il rencontre une Centrafricaine qu’il épouse. De cette union naît plus tard le Centrafricain connu sous le nom de Bassinet, bassiste et chef d’orchestre de Vibro Jazz en 1971 et de Zo kwè Zo en 1977. En 1949 Rigobert Bassinet prend sa retraite de l’Armée et s’installe au quartier Miskine à Bangui où il forme au saxophone en 1950 l’un de ses beaux–frères nommé Rodolphe Békpa dit Maître Békers. Il importe de signaler que le jeune Rodophe est tout d’abord chanteur avant de recevoir une formation de saxophoniste.

Rodolphe Békpa fait venir un jeune guitariste nommé Prosper Mayélé à la demande de Rigobert qui veut monter un groupe. C’est ainsi que la première formation Centrafricaine baptisée Tropical Jazz voit le jour en 1952. L’ossature de cette formation musicale est composée de Rigobert Bassinet, Rodolphe Békpa, Prosper Mayélé, Lima, Ngoma, Dalméda, Raimond Péndali et Ballard. Officiellement, l’on attribut la paternité de ce groupe à Mayélé, mais en réalité c’est Rigobert qui achète les instruments de musique et qui fonde cet orchestre. Humble, modeste, ce génie est le Chef d’orchestre, mais  met en avant le jeune Prosper Mayélé pour le propulser musicalement. L’orchestre donne des concerts en 1953 au dancing Bar baptisé Auberge Sans Soucis, situé au PK12 et appartenant à l’ancien Président Barthélémy Boganda. Puis, le groupe intègre le dancing le Rex inauguré en 1954. En 1957 Rigobert quitte le quartier Miskine pour Lakouanga aux deux rues goudronnées où il continue de former de nombreux jeunes musiciens Centrafricains.

Le groupe est rebaptisé Centrafricand Band en 1958 où il donne des prestations au Cercle des Métis à l’emplacement de la première école maternelle de Bangui en ville. Monsieur Marckès le propriétaire du Bar dancing Cha Cha Cha plus tard au quartier KM5 est le gérant de Cercle des Métis. Ensuite, en 1959 Centrafrican Band évolue au Bar dancing Mbi Y é dont le propriétaire est l’ancien Président David Dacko. Le père Rigobert Bassinet meurt en 1961 à Bangui à l’âge de 56 ans après avoir contribué activement à l’ Centrafricaine. C’est pourquoi il mérite d’être honoré comme ses frères Pionniers de la Musique Centrafricaine Marcel Vomitiendé, Dominique Eboma, Prosper Mayélé, Rodolphe Békpa et bien d’autres. Enfin, force est de constater que ce travail d’Anthologie de la Musique Centrafricaine n’est pas figé du fait que l’on découvre chaque jour l’ de ce pays .



Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Laisser un commentaire