Malépopo

Malépopo

malepopo1Malépopo

Si j’étais un objet : je serai un balafon
Si j’étais une saison : je serai la saison sèche
Si j’étais un plat : je serai la feuille de manioc
Si j’étais un animal : je serai un pigeon voyageur
Si j’étais une chanson : je serai une mélodie des pygmées
Si j’étais une couleur : je serai le vert
Si j’étais un roman : je serai « Mongou, fils de bandja »
Si j’étais un film : je serai « la petite vendeuse de soleil »
Si j’étais un sentiment : je serai la paix
Si j’étais un endroit : je serai une scène
Si j’étais un fruit : je serai une mangue
Si j’étais un vêtement : je serai un boubou
Si j’étais un proverbe : je serai «au plus haut trône du monde, nous ne sommes néanmoins assis que sur notre cul»

Né en 1969, en République , Privat Emmanuel YANGALA, dit Malépopo, a passé une partie de son enfance dans les rues de BANGUI, capitale de la RCA où seuls les contes de sa grand-mère Hélène IKANDJI l’éduquèrent.
En 1982, il débute sa carrière artistique. Après une formation de comédien au Centre Culturel Français au Congo, il crée la compagnie artistique et culturelle GBAKO qui développe des activités musicales et théâtrales sur le plan national et international.
De 1995 à 2000, il anime l’atelier de contes de la bibliothèque du Centre Culturel Français de Bangui. Il reçoit la médaille de bronze de conteur, lors des 3e jeux de francophonie de Madagascar et est reçu et honoré par Ange Félix PATASSE, Président de la République Centrafricaine. Il enregistre son 1er disque PUSUKA, après une série de concerts avec son groupe les « trouba quoi » et monte la formation « Malé and the Popoband » avec 5 musiciens des Deux Sèvres.
De 2001 à 2007, il participe au festival de musique « les Fancofolies » de Montréal au Canada. Depuis 2001, il vit en France où sort son 2e disque E’KU ; il fait des concerts pour promouvoir cet , puis il crée de nouvelles chansons. Parallèlement, il anime des contes dans les écoles et fait du théâtre.
Il est en train d’enregistrer son 3e album COCO.

Les Contes de Malépopomalepopo2

Au coin du feu, sur la route de M’POKO ou lors des travaux champêtres, les contes de sa grand-mère ont été les seules limites à une enfance chaotique de gamin des rues africaines. Ils sont de tradition populaire, ils furent son école, sa seule école. Ces restes d’enfance et de promesses de vieillesse digne, il souhaite à son tour les partager.
… C’est pourquoi il est « sac à paroles »…

On dit qu’on attrape les mouches par le miel
Et les hommes par les belles paroles

On dit que le couteau a deux tranchants
Mais la parole en a plusieurs

On dit que la plaie faite par le couteau
Se cicatrise facilement,
Mais la plaie faite par la parole
Se cicatrise difficilement

Ses contes s’écoutent aussi bien sous un arbre, autour d’un feu ou lors de la pleine lune. Ils s’adressent tout autant aux petites qu’aux grandes oreilles ; MJC, festival de contes, foyer, collèges, écoles primaires …



Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.