Laskino El Ngomatchek

Laskino El Ngomatchek

Laskino El Ngomatchek en 2003 à Philadelphie aux USA

Martin Ngomatéké de son vrai non est né le 02 novembre 1957 à Bangui. Après ses études primaires et secondaires à Bangui, Laskino entre très jeune dans la vie active en qualité de technicien de laboratoire au Foyer de Charité géré par le père Godard. Issu d’une famille de musiciens, notre grand gourou devient chanteur dès sa prime jeunesse à Bangui où il démarre la musique dans un petit groupe qu’il monte avec ses copains entre 1975 et 1976. Il importe de signaler que connaît dans les années 70 une véritable explosion de la musique du fait de développement d’actions musicales constaté pendant cette période. La radio et la télévision organisent des émissions musicales régulièrement sous forme de concours pour les jeunes talents. La Maison de jeunes de Castors et de Fatima animent des Ateliers de musique en direction des jeunes. De plus, des orchestres naissent çà et là.
Ainsi, Laskino El Ngomatchek évolue dans cet environnement et ne peut demeurer insensible à la musique

Laskino El Ngomatchek à Central Parc aux USA en 2003
Laskino El Ngomatchek avec Naïmo dans Zokwèko à Bangui en 1977

En 1977 il monte avec une bande de copains et sur l’initiative de Papa Lex le groupe Co – Centra qui rencontre un grand succès avec le titre  » Mbi changé a wali mingui « . Puis en 1978 Laskino intègre la formation du parti MESAN ( Mouvement de l’Evolution Sociale de l’Afrique Noire ) dénommé Zo kwè Zo, et ce en compagnie de Prophète Bambouem, Sanfara, Jonathan et de Naïmo. Le chanteur ténor émerge quand il lance la chanson « Délia » qui le fait connaître et qui devient populaire à Bangui. L’orchestre Zo kwè Zo anime des concerts et accompagne des groupes d’animation à l’instar de ceux du Zaïre, l’ex Congo Kinshasa pour le MPR ( Mouvement Populaire de la R évolution ). Le passage de Laskino au sein de Zo kwè Zo permet à Makémbé de Goerges Ferreira de le dénicher en 1979 grâce à ses talents de chanteur ténor. Durant trois années le grand gourou évolue avec les Makémbé où il sort plusieurs compositions à succès parmi lesquelles « Tita Kima » et « Samira ». Le chanteur aborde des thèmes d’amour et principes moraux.

En 1982 Laskino part en France pour poursuivre sa carrière musicale. En 1983 il sort son premier qui rencontre un grand succès. De 1984 à 1987 il évolue au sein du groupe Kokombo Stars aux côtés de Charlie Perrière, et de Thierry Darlan.

lI participe à’al’bum de Kokombo Stars sorti en 1987 et qui occupe plusieurs mois durant les premières places du Hit Parade Africain de « Canal Horizon » que le regretté Giles Aubringer anime tous les soirs sur RFI.

En 1987 il sort un album en solo intitulé  » Lo na papa « , après  » Ndali ti so mo vo na mbi Bimbo  » en 1986 et produit par Régis Cissoko. Laskino fonde en 1988 avec Saladin, Vivick et Pablo Lubadika le groupe Wanzama qui sort un album produit par Awito un jeune togolais fasciné par la rumba . Enfin de 1990 à ce jour, le grand gourou collabore activement avec Diblo Dibala au sein du groupe Matchatcha avec lequel il effectue une tournée mondiale. Il sort un album en solo en 1992 qui bénéficie des arrangements de Diblo et écrit depuis des chansons pour le groupe Matchatcha. « Fleur d’amour »
en 1998, « Yaya Monoca  » en 1999 sont les titres phares des album que Laskino produit en collaboration avec la groupe Matchatcha.

Laskino prépare un album dont la sortie est prévue pour 2005. Par ailleurs, il projette de fédérer des artistes Centrafricains autour d’un album à la sauce Bê Africa, Zo Kwè na Matanga


Sultan Zembellat
Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.