La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki risque de fermé !!!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

Hubert Bokoto alias Ngando

ngando1Bangui en 1950

Né le 04 avril 1986 à Bangui, Hubert Bokoto a dû arrêter ses études en classe de seconde en 2000 pour des raisons de santé (il a un problème de vue) et se consacre à la musique qui l’intéresse depuis l’âge de 8 ans.

Il commence à chanter dans des groupes religieux. En 1997, il est deuxième au concours d’interprétation des chansons d’Agas Zokoko, chef de l’orchestre Tropical Fiesta, organisé à l’Espace Linga Téré, à l’occasion de l’anniversaire de ce dernier. Il est immédiatement retenu dans ce Centre Culturel pour une formation en musique et en régie technique avant d’être sollicité par le groupe Tropical Fiesta pour un stage de perfectionnement. Ce stage lui a permis d’intégrer le groupe jusqu’à ce jour.

Avec ces potentialités, il se présente à la troisième édition du concours de la chanson francophone en 2003, où il occupe la deuxième place sur dix finalistes. En 2006, il est encore deuxième au concours Protégeons notre stade de 20 000 places, organisé par le ministère des Sports et l’Union des musiciens de (Umca), avant d’être élu meilleur artiste 2007. Sur invitation du comité d’organisation du Festival panafricain de musique (Fespam), il participe la même année à Bazzaville, en République du Congo, comme observateur de cet évènement artistique.

Agé de seulement 22 ans aujourd’hui, Hubert Bokoto, alias Ngando, n’a qu’une seule et unique ambition : d’avoir une renommée internationale et contribuer au développement de la Musique . Son rythme est le Reggae engagé. Ce rythme me permet de m’exprimer, de transmettre des messages aux peuples Africains car l’Afrique est malade. Il est du devoir des artistes de dénoncer les maux qui la gangrènent. C’est une façon de participer à son développement.

Son premier paru en 2008 s’intitule Hommage aux journalistes et comporte huit titres : Hommage aux journalistes, Parlement, Déracinement Culturel, Démagogie, Destruction Stop, Zaraguina, Allez les Fauves et Eternelle Réconciliation. Le titre Destruction stop me touche beaucoup parce que les Centrafricains sont toujours prêts à détruire au moindre événement. Ce qui est construit en dix (10) ans peut être détruit en un jour. Cela ne nous fait pas grandir. C’est pourquoi je veux prêcher le changement de comportement aux Centrafricains.



Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Une réponse à Hubert Bokoto dit Ngando

Laisser un commentaire