La référence culturel de la musique centre africaine
Soutenir la culture

Maziki risque de fermé !!!

Soutien des maintenant la culture centrafricaine avec un dont de 5€ tu aura ton Nom dans la page des remerciements.

 

Dominique Eboma

Dominique Eboma chanteur compositeur guitariste est l’un des pionniers de la musique avec Jimmy Zakari, Marcel Vomitiendé, Prosper Mayélé, Rodolphe Békpa, Jean Magalet et Jean Marc Lèsoua. Ils sont les premiers à jouer de la musique dans l’ancien Oubangui Chari devenu plus tard la République . Né vers 1928 à Ouango dans la région de Mbomou, Dominique Eboma démarre la musique dans sa ville natale en 1951 où il est chansonnier.L’artiste subit une inflence de la rumba Congolaise du fait de la proximité de sa ville Ouango située à la frontière avec le Congo Démocratique.Il compose et chante aussi bien en Sango, Yakoma qu’en Lingala.

Chanteur auteur compositeur de génie, lorsque Dominique débarque à Bangui avec guitare et bagages en 1953, il rencontre un grand succès dans la capitale et s’engage comme animateur au sein du parti MESAN ( Mouvement de l’Evolution Sociale de l’Afrique Noire ) aux côtés du président Barthélémy Boganda. Il sillonne tout le pays pour animer des campagnes de son parti, et ce jusqu’à Moundou au sud du Tchad alors territoire Centrafricain. Après l’indépendance, notamment en 1962 le président David Dacko fonde avec une mission de coopération Israélienne la JPN ( Jeunesse Pionière Nationale ), mouvement para militaire dont les objectifs visent l’éducation et l’insertion de la jeunesse à travers la musique, le sport, l’apprentissage des métiers d’Agriculture, et d’Elevage. Dominique Eboma s’engage dès 1962 au sein de cette organisation et s’incorpore dans l’armée nationale créée par le Colonel Jean Bedel Bokassa en 1965 où il prend sa retraite en 1980 au grade de sergent.

Sur l’initiative du président Bokassa qui souhaite la création d’un orchestre militaire au pays, Dominique Eboma devient l’un des fondateurs de Comando Jazz en 1970. Ainsi, l’artiste arrose la Centrafrique de belles chansons en Yakoma et en Sango dont la démarche moralisante contribue à la notoriété de ce génie. Après avoir fait les pluies et les beaups temps au sein de la formation Commando Jazz, Dominique Eboma âgé aujourd’hui de 76 ans fait partie des anciennes gloires de la musique Centrafricaine. Il anime de temps en temps des soirées dédiées aux anciens chanteurs parmi lesquels Wetch, Mimox, Sax, Matalaki…
Depuis la renaissance de Compay Secundo et Ibrahim Ferrer dans « Buena Vista Social Club », des promoteurs Africains s’empressent de faire rescusiter leurs anciennes gloires, à l’instar de Wendo Kolosoy du Congo Kinshasa et d’Anne Marie N’zié du Cameroun. Aussi, la République Centrafricaine s’inscrit dans cette démarche du fait que le promoteur Centrafricain Régis Cissoko produit en 1998 Dominique Eboma sur un où l’artiste reprend ses anciens succès. Toujours dynamique Dominique Eboma conserve toutesses capacités vocales. Dominique Eboma qui est l’un des pères fondateurs de la Rumba Centrafricaine s’est éteint dans une précarité totale à Bangui, le 18 août 2006, suite à une longue maladie. Les Centrafricains gardent de ce patriarche le souvenir d’un homme simple, inventif, moraliste et dont la voix a marqué l’ de son pays la Centrafrique.

Chansons populaires de Dominique Eboma
1/Midi a lingbi

« Midi a lingbi ô wali ti mbi chéri
Mo lèkè tablô
Mo zia kobè na ndoni
Nzala a gbou mbi koli ti mo mingui ô
Awé awé awé awé tchatchatcha
Awé awé awé awé tchatchatcha …

2/Ita Pierre
Mo vo gui samba é
Ti mou na azo na kwa ti mbi
Kanda mbi on ô
Na nzara na ya ti mbi koué ô
Ngou ti lè ti zo
A kiri na zo pèpè è
Mbi ngba na maladé ô
Soigné mbi…
4/Soigné mbi
Ita Pierre ô
E ga ti bara mo
E yala ngô
To ngounza fini fini
ô mbi tè mbi goué
E yala ngô
Ngbanga ti so
Nguénza a ounzi na Maboko
E yala ngô

3/Bo mbanda
Refrain
E bassi ya mokili
Ba lingui tè bo mbanda
Couplet
1/Ba lingui tè bo mbanda
Ba boyani é ba ndéko
2/ Talaka façon ya mwassi na mokili
Oya ko koufa pamba pamba



Anthologie de la Musique Centrafricaine

Share on Facebook

Laisser un commentaire